Sortir du cadre

think-out-of-the-box-p27

La pratique du karaté s’est modernisée et sous l’influence de différents paramètres que sont la compétition, mais aussi la volonté de se démarquer d’autres disciplines, tout en cultivant une forme d’isolationnisme et une pratique que je nommerai de consanguine, notre art s’est enkysté sous l’effet d’une standardisation. Le résultat c’est que notre discipline est en perte d’identité, ou du moins l’identité sous laquelle elle est connue aujourd’hui séduit de moins en moins de personnes. De pseudos nouvelles approches sont donc aujourd’hui proposées mais ces offres ne font que morceler encore plus ce qui était devenu fragile, créant encore plus de confusion chez le potentiel futur pratiquant. Lire la suite

Les armes du kobudo

A l’origine la pratique du karaté était toujours associée à celle des armes que l’on appelle kobudô. Avec l’exportation du karaté en dehors d’Okinawa puis dans le monde entier, la pratique des armes et celle à main nue ont été catégorisé en deux disciplines distinctes. Pourtant, aujourd’hui encore, dans la majorité des dojos sur l’île d’Okinawa, karaté et kobudô, sont enseignés en même temps.

Les armes utilisées dans la pratique du kobudô à Okinawa sont différentes de celles que l’on trouve dans les arts martiaux japonais. Ce sont des armes non tranchantes comme le bâton long, la rame, le fléau à deux branches et à trois branches, la manivelle, etc. C’est Bruce Lee qui dans le film opération dragon a fait découvrir au grand public l’une de ces armes, le nunchaku ou fléau à deux branches.

Le terme kobudō 古武道 signifie « la voie des anciens arts martiaux ». Le premier idéogramme 古 qui se prononce « ko » signifie « ancien », le deuxième 武 qui se prononce « bu » vous est peut être familier car il signifie  « martial », et enfin le dernier caractère 道 « dō » représente « la voie », on le trouve à la fin de karaté-do, judo, aikido, kendo, etc. Le terme kobudô recouvre aujourd’hui toutes les pratiques d’armes associées aux arts martiaux japonais. Ces pratiques sont différentes à Okinawa et sur les autres îles du Japon. Lire la suite

Les projections en karaté

Afficher l'image d'origine

Les projections existent-elles en karaté ?

L’enseignement du karaté moderne consiste principalement dans l’étude des techniques de percussion (bras et jambes) et des parades. La plupart de ces techniques se trouvent dans les katas mais d’autres ont été découvertes ou ajoutées au fur et à mesure que le karaté s’ancra de plus en plus dans la position d’une discipline de percussion.

Mais qu’en est-il des projections ? Existent-elles en karaté à l’origine ? Dans ses différents livres, maître Gichin Funakoshi, l’architecte du karaté moderne et plus particulièrement de l’école shotokan, illustre et démontre huit projections. Il y explicite même pour certaines, qu’elles sont issues des katas. Ses élèves dans leurs livres, eux en revanche ne les mentionnent plus. Lire la suite

D’où viennent les katas heian ? – deuxième partie

Résultat de recherche d'images pour "funakoshi kata heian"

Voici le deuxième article d’une série de trois qui concerne la création des katas pinan / heian.

Dans la première partie de cet article, nous avons vu le contexte socio-historique dans lequel Anko Itosu a créé les katas pinan aussi appelés heian dans certaines écoles, notamment les écoles shotokan et shotokai. Les idéogrammes que vous voyez sur la photo ci-dessus signifient « paix » et se prononce heian ou pinan, heian étant la prononciation japonaise. La semaine dernière un lecteur m’a orienté sur un blog où l’auteur fait remarquer qu’en chinois, les mêmes idéogrammes signifient quelque chose comme « reste en sécurité » ou « sois en sécurité ». Cette traduction chinoise est très intéressante quand on sait que les habitants d’Okinawa avait un lien très étroit avec la Chine, et notamment dans le domaine des arts martiaux. Lire la suite

D’où viennent les katas Heian ? – première partie

Résultat de recherche d'images pour "gichin funakoshi heian"

Voici le premier article d’une série de trois concernant l’origine des katas pinan et heian.

Les katas de base, appelés heian dans l’école shotokan, doivent ce nom à celui qui a fait connaitre le karaté au Japon, avant que cet art ne s’exporte dans le monde entier, c’est à dire Gichin Funakoshi (1868-1957). Le nom d’origine de ces cinq katas de base était « pinan« . Heian et Pinan s’écrivent de la même manière, avec les mêmes idéogrammes 平安 mais heian est la prononciation japonaise et pinan la prononciation chinoise. Heian et Pinan ont donc la même signification, « paix, tranquilité », ce sont donc les katas de la paix ou de l’esprit tranquile.

Gichin Funakoshi change le nom des katas

Gichin Funakoshi, dans un contexte socio-politique où tout ce qui faisait référence à la Chine était mal vu, changea le nom des katas dont la prononciation était chinoise, pour leur donner une consonance japonaise. C’est ainsi que les katas pinan sont devenus les heian. En plus de ce changement de nom, Gichin Funakoshi modifia quelque peu la forme technique de ces katas pour les rendre plus athlétiques, en y ajoutant par exemple un saut dans heian godan. Il modifia aussi l’ordre des deux premiers pinan, le premier devenant heian nidan et le deuxième heian shodan. Ces katas sont aujourd’hui les premiers à être enseignés dans les styles issus du shorin-ryu tel que les écoles shotokan, wadoryu, shitoryu, etc. Mais comment ces katas ont-ils été créés et d’où nous viennent-ils ? Lire la suite

aikido – judo – karaté

Résultat de recherche d'images pour "aikido"  Résultat de recherche d'images pour "judo" Résultat de recherche d'images pour "karaté"

Le karaté, le judo, l’aikido, pour ne citer que quelques arts martiaux japonais sont, dans la version que l’on connait assez récents, environ une centaine d’années. Toutes ces disciplines ont pour origine des méthodes de combat qui sont bien sûr plus anciennes. Le judo et le karaté sont devenus en partie des sports grâce aux compétitions tandis que l’aikido reste globalement en marge de cette approche, même s’il existe des tentatives dans ce sens. Lire la suite

KARATE, l’efficacité à portée de main

KARATE, l’éfficacité à portée de main

Le karaté regorge de richesses qui, aujourd’hui plus que jamais, peuvent nous aider à nous centrer nous ancrer : art de vivre, philosophie, développement personnel, spiritualité.
Ce livre original, destiné à tous les pratiquants d’arts martiaux, prolonge l’enseignement reçu au dojo en présentant pour la première fois des outils et des pistes de réflexion pour aider à la compréhension et dévoiler au lecteur son propre potentiel. Il propose d’accéder à une pratique cohérente, rationnelle et efficace, que ce soit sur le tatami ou dans la vie. Après la parution de Bunkai, l’art de décoder les katas en 2012, l’auteur partage ici, sous forme d’essais et de témoignages, une expérience acquise avec de grands maîtres pendant 38 ans. Lire la suite

KARATE-DO, après le cours

 

FlyerA4_Karate-723x1024

KARATE-DO, après le cours

Le karaté est une discipline ouverte à tous, quel que soit l’âge. Il peut être pratiqué de multiples façons : comme un sport de loisir ou de compétition, une activité d’entretien physique ou de self-défense, un outil de méditation en dynamique…
Quelle que soit l’option choisie, le karaté est un formidable outil d’éducation physique et mental qui permet d’accéder à une meilleure connaissance et une meilleure maîtrise de soi. Lire la suite

karate-france est de retour

portrait2_leger

Le site karate-france a été victime d’attaques et piraté, c’est pourquoi son contenu n’était plus consultable. Cette mésaventure m’offre donc l’opportunité de donner une nouvelle naissance à mon site.
Vous remarquerez que le contenu est minimaliste et s’appuie principalement sur les posts du blog.
Je souhaite continuer à partager mes expériences, mes recherches, mes réflexions avec ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux arts martiaux, à la culture japonaise, au développement personnel.
Alors bienvenue sur karate-france et j’espère que vous trouverez plaisir à lire mes articles.
Merci pour l’intérêt que vous portez à ce site.

Areski