Leçon de japonais n° 4

Afficher l'image d'origine

la tenue – gi

Dans cet article nous allons parler des tenues d’entraînement. En France nous avons coutume d’appeler la tenue de karaté, de judo ou d’aikido, un kimono. Le terme kimono désigne en fait un vêtement ordinaire, mais surtout de style japonais. Les idéogrammes de kimono sont 着物 et l’écriture en hiragana きもの(voir leçon n°2). Le premier idéogramme de kimono 着 (ki), signifie porter ou enfiler un vêtement. Le deuxième idéogramme 物 (mono) représente un objet. Ainsi, 着物 kimono, représente l’objet que l’on revêt, que l’on enfile, soit un vêtement.Kimono est un terme généraliste, il englobe tous les vêtements. Quand on veut parler d’une tenue spécifique, comme celle destinée à la pratique du karaté, les japonais accolent l’idéogramme 着 (ki) qui nous venons de le voir signifie revêtir un vêtement, au terme karate 空手. Nous obtenons ainsi ces idéogrammes : 空手着, qui se prononcent karate-gi, からてぎ. Remarquez que le son « ki » de l’idéogramme 着 est adouci et se transforme en « gi » (prononcez « gui », pour la prononciation voir leçon n°1). Nous verrons dans d’autres termes que certain sons se transforment quand ils suivent d’autres sons. Voici quelques exemples :
– le terme tsuki devient oi-zuki, coup de poing en poursuite
– le kumite devient ippon-gumite, assaut conventionnel sur un pas
– etc.

Revenons à la tenue de karaté, le karate-gi. De la même manière, une tenue de jûdô s’appelle un jûdô-gi. Il suffit de mettre derrière le sport pratiqué le terme « gi » pour désigner la tenue qui lui correspond. Ainsi pour parler d’un maillot de bain, on va accoler le terme « eau » 水 (mizu) et 着 (gi), ce qui donne 水着 mizu-gi. De la même manière, pour parler d’un vêtement de tennis, on va accoler le terme tenisu テニス, qui veut dire tennis, et 着 (ki/gi). Un vêtement de tennis est donc un テニス着, tenisu-gi.

Il est plus approprié donc de parler de tenue de karaté, karate-gi, que de kimono. On peut aussi dire tenue d’entraînement keiko-gi. Keiko, 稽古 signifie « exercice, entraînement, leçon », ainsi keiko-gi 稽古着 est la tenue destinée à l’exercice, l’entraînement ou la leçon.

L’idéogramme 着 permet aussi d’écrire le verbe 着る qui se prononce kiru, きる en hiragana. Ce verbe signifie s’habiller ou mettre un vêtement. Il existe un autre terme pour parler des vêtements, c’est le terme fuku, qui s’écrit 服 ou ふく en hiragana.

On peut d’ailleurs distinguer les vêtements occidentaux et japonais. Les vêtements occidentaux sont appelés you-fuku et les vêtements japonais wa-fuku :

  • vêtement occidental : you-fuku, ようふく ou 洋服
  • vêtement japonais : wa-fuku,わふく ou 和服

Vous pouvez remarquer que pour les deux vêtements, il y a en commun l’idéogramme fuku qui désigne le vêtement. Il est précédé de you pour le vêtement occidental. Ce (you) symbolise l’occident. Pour le vêtement japonais, l’idéogramme fuku est précédé de 和 (wa) qui représente le Japon bien évidemment mais signifie aussi paix, concorde, harmonie. C’est cet idéogramme que l’on retrouve dans la célèbre école de karaté créée par Hironori Ôtsuka (1892 – 1982), le wadô-ryû 和道流.

Décomposons ce nouveau mot wadô-ryû :

  • nous venons de le voir signifie paix, harmonie, concorde, et se lit « wa« 
  • n’est plus un caractère étranger pour vous puisque nous le retrouvons dans karate-dô, jû-dô, aiki-dô, il se lit «  » et signifie la voie, le chemin
  • et enfin, 流 peut se lire « ryû » ou « nagasu« , il signifie courant, style ou faire couler. On retrouve cet idéogramme dans le nom de certaines techniques comme nagashi-zuki, nagashi-uke… dans ces cas, c’est la lecture « nagasu » qui est employée.

Cette façon de créer des mots en accolant deux idéogrammes se retrouve de la même manière pour désigner la nourriture occidentale et japonaise. L’idéogramme shoku représente le repas, l’aliment. ainsi :

  • nourriture occidentale 洋食 you-shoku, ようしょく 
  • nourriture japonaise 和食 wa-shoku わしょうく

Après ce petit détour par la nourriture, revenons à notre tenue d’entraînement et surtout à son accessoire indispensable, la ceinture. Elle peut avoir plusieurs couleurs, mais nous aborderons le nom des couleurs dans un autre article, notamment pour introduire la notion d’adjectif.

La ceinture se dit obi, mot très connu des cruciverbistes. L’idéogramme qui représente cet accessoire du karate-gi est 帯, il représente aussi une zone, une bande. Il est important de bien savoir faire le nœud de sa ceinture. C’est un nœud simple mais il faut savoir que les nœuds utilisés pour orner les kimonos, je parle ici de vêtements pour sortir, sont très nombreux et différents selon que l’on est un homme ou une femme. Les ceintures pour femmes sont assez larges tandis que ceux des hommes plutôt fins avec un nœud plat et discret semblable à celui que l’on utilise pour nouer la ceinture de karaté.

Quelques mots supplémentaires en relation avec la tenue :

mot rômaji kanji hiragana / katagana
manche sode そで
col, revers eri えり
veste uwagi 上着 うわぎ
pantalon zubon ズボン

Areski

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *