Un voyage inoubliable

J’ai retrouvé cet interview réalisé en 2004 à Los Angeles lors d’un séjour au dojo de maître Hidetaka Nishiyama (1929-2008). J’y interroge mon ami Samy Hajji qui est enseignant de karaté pour qu’il nous fasse partager ses impressions sur son séjour.
J’avais publié cet article sur l’ancienne version de ce blog dans la rubrique Cyberjournal. Maintenant que le maître est parti en 2008, ce texte me semble précieux.


Quelle était ta motivation pour aller t’entraîner avec Maître Nishiyama à Los Angeles cet été ?

Samy – Depuis que j’ai commencé à pratiquer le karaté j’entends parler de lui. C’est un élève direct de Maître Gichin Funakoshi, l’un des derniers. J’ai aussi lu son livre « karate, the art of empty hand » qui m’a beaucoup impressionné. Mon rêve a toujours été de le rencontrer et de m’entraîner avec lui. Alors, aller dans son dojo privé à Los Angeles c’était tout simplement l’idéal. De plus, comme le senseï est âgé c’était le moment ou jamais, j’ai donc profité de ce voyage organisé.

Tes attentes concernant ce voyage ont-elles été satisfaites ?

Samy – Je suis vraiment comblé, j’ai reçu bien plus que ce que j’attendais au départ et ce, malgré la barrière du langage puisque je ne parle pas l’anglais. Je suis vraiment content.

Qu’est-ce qui t’as le plus marqué dans l’enseignement du maître ?

Samy – Je crois que c’est avant tout la précision et la rigueur dans les explications et les démonstrations. On sent que c’est un homme qui est arrivé au somment de son art. De plus, il veut vraiment faire passer son message, transmettre ses connaissances. Toujours avec douceur et humour, il n’hésite pas à répéter plusieurs fois, il veut vraiment s’assurer que tout le monde comprenne. L’image qui me vient à l’esprit est celui d’un grand-père qui fait traverser ses enfants. C’est un vrai guide. Le voir enseigner est un pur plaisir.

Que retires-tu de son enseignement après trois semaines ?

Samy – A première vue l’enseignement de Maître Nishiyama est très simple mais en fait, il est très profond et je dois dire que malgré mon expérience et mes années de pratique j’y ai trouvé beaucoup de pistes de travail et de réflexion, des portes se sont ouvertes… Grâce au Maître j’entrevoie d’autres horizons pour faire évoluer ma pratique et faire progresser mes élèves.

Maître Nishiyama insiste beaucoup sur les bases et il faut beaucoup de patience pour travailler les principes fondamentaux qu’il ne cesse de répéter.

Comment as-tu été accueilli par les membres du dojo ?

Samy – Ils sont toujours agréables, très sympathiques et respectueux. Chacun veut nous faire profiter de son expérience. Ils sont vraiment tous aussi gentils les uns que les autres, ils n’ont qu’un mot d’ordre : aider.

Pendant ton séjour as-tu connu des moments difficiles ?

Samy – Au début je ne comprenais pas ce qu’il fallait faire, notamment à cause des problèmes de compréhension de l’anglais. Puis, petit à petit je me suis adapté et j’ai commencé à apprécier l’enseignement du maître grâce aux traductions que l’on m’a faites, les explications suplémentaires que l’on m’a données et puis le geste que le maître joint toujours à la parole.

Quelle perception as-tu des relations du maître avec ses élèves ?

Samy – Maître Nishiyama veut tout donner. Il profite de chaque instant, même en dehors du dojo pour enseigner, expliquer, que ce soit dans le bureau, dans le vestiaire ou dans la rue. Il est très disponible, avec lui le cours ne s’arrête jamais. Il ne compte pas son temps. Il veut que tout le monde réussisse et a un œil sur chacun des élèves.

Le karaté de Maître Nishiyama est-il différent de celui pratiqué en France dans les dojos shotokan ?

Samy – Je ne pense pas qu’il soit différent pourtant c’est une autre façon de travailler. Pendant trois semaines on a appronfondi les bases. En France je pense que l’on a trop tendance à être pressé, à brûler des étapes qui sont indispensables pour bâtir l’édifice. Le karaté de Maître Nishiyama n’a rien de spectaculaire, beaucoup le trouveraient austère, ce n’est pas un karaté commercial où l’on cherche à faire plaisir à une clientèle en la caressant dans le sens du poil. Pour progresser il faut sans cesse revenir sur les bases et Maître Nishiyama les enseigne vraiment. Je pense que son enseignement nécessite déjà un certain niveau de pratique et une grande motivation pour qu’il soit profitable.

Quelles sont tes impressions sur cette expérience au contact du Maître ?

Samy – Avec Maître Nishiyama j’ai découvert un trésor. Hélas il est très âgé et en plus, loin de la France. C’est vraiment domage car son enseignement est unique. J’aimerai bien pouvoir en profiter d’avantage.

Je ne me suis jamais lassé des entraînements et pourtant à chaque fois il répète les mêmes consignes, les mêmes explications. C’est un grand maître qui est patient et qui ne se lasse pas d’enseigner. D’autre part je suis très agréablement surpris par les Américains en général, ils sont polis, respectueux, cela a contribué à faire de mon voyage un moment inoubliable.

Propos recueillis par Areski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *