Améliorer ses coups de pied – partie 1

Yoko géré avec Pierre Blot

Les techniques de jambes sont une des particularité du karaté. On les trouve aussi dans d’autres disciplines cousines tels que le taekwondo, le kung-fu, le viet-vo-dao, etc. Pour les arts martiaux japonais, les techniques de frappe avec les jambes se trouvent aussi dans de nombreuses écoles classiques, cependant, on peut constater qu’en karaté ces techniques sont très présentes et se sont beaucoup développées depuis le début du XXème siècle, lorsque le karaté s’est répandu en dehors d’Okinawa pour toucher en premier lieu le Japon puis le reste du monde.

Les techniques de jambe ont tendance à fasciner le public car elles peuvent être spectaculaires. Il faut cependant bien faire la différence entre une recherche esthétique, voire spectaculaire, comme on peut le voir au cinéma ou lors des galas d’arts martiaux, et la recherche d’une efficacité en combat de self-défense.L’aspect spectaculaire peut être favorisé dans les compétitions en favorisant la notation lorsque les combattants font des coups de pied. C’est ainsi qu’en taekwondo il n’est pas intéressant de donner des coups de poing car ils ne sont jamais comptabilisés, ainsi les combattants ne font que des coups de pied. De plus, pour favoriser l’aspect spectaculaire et donc les techniques retournées, il est interdit de frapper dans le dos lorsque l’adversaire tourne pour faire une coup de pied retourné. Il en va de même en karaté où les règles ont été modifiées, il y a déjà plusieurs années, en favorisant le nombre de poing accordés pour une touche avec un coup de pied. C’est ainsi qu’une technique de jambe au visage donnera trois points et un coup de pied au corps deux points, tandis qu’un coup de poing rapportera deux points.

La réglementation sportive peut donc favoriser l’usage des techniques de jambe et ainsi influencer la pratique. Les techniques de jambes dans les katas se font à l’origine rarement au dessus des côtes flottantes. Le registre de techniques de jambe est assez limité si on se réfère aux seuls katas de karaté. La façon d’utiliser les techniques de jambe pour la compétition, le spectacle et la self-défense sont très différents, il convient de comprendre ce que l’on fait et pourquoi on le fait. Dans un combat de self-défense, l’utilisation des coups de pieds à mauvais escient peut être plus dangereux qu’efficace. Ce n’est cependant pas l’objet de cette article de faire un comparatif entre ces deux approches de la pratique (peut-être une prochaine fois…).

Nous allons aborder ici les facteurs qui peuvent vous aider à améliorer la pratique de vos coups de pied, qu’il s’agisse d’une pratique compétitive, sportive ou de self-défense. Je vais aborder cinq paramètres qui me semblent fondamentaux, bien qu’il y en ait d’autres :

  • l’équilibre
  • la dextérité
  • la souplesse
  • le renforcement musculaire
  • la gestion des tensions

Ce qui caractérise les coups de pied est qu’on est en appui sur une seule jambe. Il est donc important de gérer son équilibre. Ce n’est pas tout à fait la même chose d’être en équilibre dans une réalisation dans le vide, comme on peut le faire en kihon et sur un partenaire, une cible, un sac de frappe. L’équilibre peut être statique, comme c’est le cas quand on reste debout sur une jambe. Il peut aussi être dynamique, c’est le cas quand on cherche à toucher un partenaire avec un coup de pied tout en poussant sur la jambe d’appui pour à la fois augmenter l’allonge et transmettre de puissance à la frappe. On a alors l’impression qu’il s’agit d’un déséquilibre vers l’avant. Ces deux notions, équilibre et déséquilibre, sont alors les deux facettes d’une même qualité que l’on cherche à développer. L’équilibre sur une jambe est une qualité qui se perd vite en cas d’arrêt prolongé de la pratique, comme ça peut être le cas lors des grandes vacances. En effet, l’équilibre repose sur un fonctionnement complexe de l’organisme et notamment sur l’utilisation d’une multitudes de muscles, en particulier au niveau du pied et de la jambe. Il est donc conseiller de s’entraîner régulièrement à un appui monopodale en cas d’arrêt momentané de la pratique. Améliorer la qualité de l’équilibre donnera plus d’aisance à la pratique des coups de pied.

Pour travailler la trajectoire des coups de pied sans être perturbé par l’équilibre, il est conseillé de travailler à la barre au sol, ce qui consiste à faire des exercices relatifs aux techniques de jambes allongé sur le dos ou assis au sol. On peut aussi travailler à la barre debout en prenant appui sur un mur, une chaise, une barre, etc. Cependant, il faut être conscient que le travail à la barre n’améliore pas l’équilibre. C’est un moyen de ne pas être perturbé par l’équilibre pour se concentrer sur la réalisation de la gestuelle.

Dans la partie numéro deux nous allons aborder les autres paramètres essentiels pour bien réaliser un coup de pied et donc améliorer sa pratique. En attendant, n’hésitez pas à faire part de vos commentaires et n’hésitez pas à vous exprimer si vous trouvez que cet article vous a été utile.

Areski

PS : la photo qui illustre cet article est un magnifique yoko-geri exécuté par Pierre Blot.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *