Je n’ai pas le temps !

Résultat de recherche d'images pour "sablier"

J’incite souvent les élèves à s’entraîner seuls en fonction de leurs moyens. En effet, beaucoup sont les pratiquants qui ne peuvent venir s’entraîner au dojo qu’une fois par semaine. Il faut être honnête, pour progresser ce n’est pas suffisant. La première année de pratique nécessite de l’assiduité car il y a beaucoup de choses à apprendre et il faut, pour ceux qui n’ont pas pratiqué d’activité physique exigeant de la coordination, éduquer le corps au mouvement. J’ai en ai déjà parlé dans de précédents articles, s’entraîner régulièrement est important et fondamental. Il n’y a pas de secret, plus vous vous entraînez, avec intelligence tout de même, plus vous allez progresser.

A la fin d’une séance une élève vient me voir pour me dire qu’elle ne peut pas s’entraîner seule par manque de temps. En effet, si vous pensez que pour vous entraîner vous devez être seul, mettre votre karategi (tenue d’entraînement pour le karaté), faire vingt minutes d’échauffement et terminer par une douche, il est fort probable que dans un emploi du temps chargé, entre travail et obligations familiales, vous ne puissiez pas trouver de plage horaire pour caser une longue séance.

Quand on n’a pas le temps, les entraînements doivent être très courts, voir brefs. On pense souvent qu’on n’a pas le temps, mais en fait à y regarder de plus près le temps est offert à nous en abondance, le problème c’est que l’on ne sait pas le mettre à profit. D’autre part, s’entraîner peut se faire en bougeant le corps, c’est ce qui vient tout de suite à l’esprit, je répète ce que j’ai appris à l’entraînement, mais on peut aussi s’entraîner par la visualisation, en regardant des vidéos ou en lisant des livres. A mon sens, toute activité, physique ou mentale allant dans le sens de la connaissance et de l’approfondissement du karaté, est un entraînement.

Concrètement, il faut d’abord être persuadé que vous devez vous entraîner. Si tel est votre objectif vous trouverez des moyens pour y arriver, sinon vous trouverez des excuses pour ne pas le faire. C’est donc d’abord une disposition mentale, vous devez réellement être motivé.

Maintenant que vous avez vraiment envie de vous entraîner, trouvez quelques secondes, je ne dis pas quelques minutes, juste quelques secondes, pour faire un, deux ou trois mouvement. Bien sûr prenez en compte le contexte social dans lequel vous évoluez, sinon on va vous prendre pour un fou. Personnellement quand j’ai débuté le karaté, je profitais des moments où j’allais aux toilettes pour faire quelques techniques et des temps de transports pour réviser les katas mentalement. Il m’est arrivé de faire des katas sur le quai du métro, pensant que personnes ne me voyait, mais je ne vous le conseille pas. En revanche, chez vous, même si vos enfants ou votre conjoint sont présents , faites quelques mouvements de temps à autre… Au début cela va les surprendre, les faire rires, et puis après ils seront habitués et trouveront peut-être cela tout à fait normal.

Quand vous avez mis en place ce processus mental en place qui consiste à mettre du karaté dans votre quotidien, un peu comme des temps de respiration nécessaires à votre survie, vous allez vous rendre compte que vous pouvez trouver deux ou trois fois par semaine quelques minutes pour faire un kata ou une dizaine de fois le même mouvement. Profitez de votre salle de bain, car en général il y a des miroirs qui vous permettent de voir ce que vous faites et ainsi de corriger vos erreurs si vous en avez conscience. Si vous avez des enfants, jouez avec eux ! Faites des mouvements, sans spécialement leur dire que c’est du karaté et demandez-leur de vous imiter en faisant le jeu du miroir par exemple. Vous les distrayez, vous vous entraînez et vous créez du lien ! N’est-ce pas formidable ? Et cerise sur le gâteau peut-être leur donnerez-vous l’envie de faire du karaté.

Ensuite il y a ce que j’appelle l’entraînement invisible. A chaque fois que vous mettez de la conscience dans ce que vous faites, que vous cherchez à relâcher les tensions inutiles dans votre corps, que vous choisissez d’avoir une posture droite plutôt que de vous avachir dans un siège, de rester debout dans le métro sans vous tenir pour travailler votre équilibre et votre sens de l’adaptation, que vous choisissez de monter les escaliers plutôt que de prendre l’ascenseur ou les escalators, etc, à chaque fois que vous évitez la facilité pour faire un effort et travailler sur vous même, vous êtes dans l’entraînement. Ces capacités que vous développez au quotidien vous permettront d’être plus disponible, attentif et performant lorsque vous ferez vos sessions d’entraînement personnel ou collectif au club.

Et puis, j’ai ai déjà parlé dans d’autres articles, ne négligez pas l’entraînement mental, par la visualisation par exemple. Fermez les yeux et voyez vous exécuter un kata ou d’autres mouvements. Ce type d’entraînement est d’autant plus efficace que vous avez déjà de l’expérience et que vous êtes en mesure non seulement de visualiser les mouvements mais aussi d’y mettre mentalement les sensations que vous avez lorsque vous faites ces exercices réellement, physiquement. Ensuite, lisez, regardez des vidéos, etc. Cela vous permettra d’alimenter votre motivation, d’apprendre des choses et votre mental génère à votre insu un mouvement à l’intérieur de votre être un processus, via le système nerveux, qui est similaire à l’entrainement physique.

Ainsi, il suffit de décider que vous voulez vous entraîner pour mieux progresser et mieux vivre l’expérience du karaté. A partir de là, vous allez trouver une manière d’intégrer quelques mouvements dans des espaces du quotidiens, que ce soit seul ou avec des membres de votre famille, notamment vos enfants. Ces quelques secondes d’entraînement ici et là vont créer une dynamique positive qui vous offrira l’opportunité de trouver des espaces de quelques minutes pour des sessions d’entraînement plus long et ainsi de suite. En intégrant le karaté dans votre quotidien, en ayant la volonté de progresser et en mettant le temps et le quotidien de votre côté pour réussir dans votre démarche, vous vous rendrez compte après quelques semaines ou quelques mois que vous progressez plus facilement et que finalement, trouver du temps pour s’entraîner c’est tout à fait possible.

N’hésitez pas à faire part de votre expérience et partagez vos idées pour intégrer du karaté dans votre quotidien.

Areski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *