Cet été, révisez vos katas !

25

L’été arrive et les clubs ferment leurs portes en cette fin de saison. Peut être aurez-vous la chance de participer à quelques stages pour vous perfectionner et ne pas rester inactif durant la période estivale. Si vous ne faîtes rien, vous allez probablement avoir une coupure de plus de deux mois. C’est énorme, surtout lorsque l’on sait que les capacités physiques déclinent rapidement à partir de deux semaines d’arrêt. Il est dommage de s’être entraîné pendant dix mois pour s’arrêter deux mois et revenir, en terme de condition physique, au point de départ. Je vous encourage donc à maintenir votre condition physique, et cela peut se faire en pratiquant d’autres activités physiques ou sportives.

Mais il n’y a pas que les qualités physiques qui s’estompent, la mémorisation des katas aussi. Plus on en connait, plus on est susceptible d’en oublier tout ou partie. Il est donc important de régulièrement passer en revue les formes codifiées (les katas) que vous connaissez pour les ancrer dans votre mémoire. Je ne parle pas uniquement de la mémoire qui se situe au niveau du cerveau, il faut que vos katas soient intégrés profondément dans toutes vos cellules musculaires aussi, c’est ainsi que vous ne pourrez plus les oublier, de la même manière qu’on sait faire du vélo toute sa vie une fois que l’on a apprit.

Je vous conseille de faire une liste des katas à réviser. Mais comme vous connaissez déjà très bien certains katas et d’autres moins, faites un tableau avec trois colonnes. Dans la première mettez les katas que vous connaissez très bien et qui vous nécessiteront que peu de répétition pour les entretenir. Dans la deuxième colonne inscrivez les katas que vous connaissez moyennement, vous savez que vous pouvez vous tromper si vous n’êtes pas assez attentif. Puis enfin, dans la troisième colonne mettez le nom des katas que vous avez vus en cours mais dont n’êtes pas certain de pouvoir les refaire seul sans l’aide d’un gradé ou du professeur.

Il va falloir ensuite programmer vos entraînement, établir un calendrier et un contenu. Commençons par le contenu. Les katas de la première colonne ne vont pas nécessiter beaucoup de répétitions physiquement, vous pouvez les faire en début de séance, une ou deux fois, en guise d’échauffement. Si vous en connaissez beaucoup, alors il serait bon de faire une sélection (3 à 5 katas) pour chaque entraînement. Procédez ensuite par rotation pour pouvoir faire en un mois tous les katas de la première colonne. De plus, comme vous connaissez bien ces formes codifiées, vous pouvez aussi à tout moment les travailler en visualisation, sur la plage par exemple, alors que vous vous faîtes bronzer. La visualisation est un outil très puissant, en effet le cerveau ne fait pas la différence entre le virtuel et la réalité, c’est à dire que lorsque vous visualisez un mouvement, le cerveau donne l’ordre au système nerveux de se mettre en marche pour exécuter le geste. Ainsi, même si vous ne bougez pas, votre système nerveux fonctionne comme si vous faisiez le mouvement. Donc, quand vous faîtes un kata dans votre tête, en cherchant à y mettre les mêmes sensations que lorsque vous l’exécutez réellement, votre corps enregistre ce travail comme s’il était réel. On peut même se muscler par la visualisation, des recherches ont été faites dans ce sens et les résultats sont étonnants; mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Pour les katas de la deuxième colonne, je vous suggère de procéder en deux étapes. D’abord trouvez une vidéo d’un expert réalisant le kata, il faut choisir une référence qui corresponde au travail enseigné dans votre club, il y a effectivement des différences plus ou moins grandes sur un même kata entre les experts. Faute de vidéo, vous pouvez aussi vous imprégner des photos d’un livre. En regardant un film, vous déclenchez le même processus évoqué ci-dessus dans la visualisation. Avant d’exécuter le kata, assurez-vous donc d’en avoir une bonne image mentale grâce au visionnage sur votre tablette ou téléphone portable. Immédiatement après, exécutez le kata une ou deux fois puis revisionnez à nouveau le film, pour terminer refaites le kata une ou deux fois. En faisant des aller-retours entre un référentiel et votre expérience personnelle vous allez gagner de plus en plus d’assurance dans l’exécution du kata, jusqu’au point où peut-être déciderez-vous de le faire glisser dans le première colonne, mais ne soyez pas trop pressé tout de même.

Vous ne connaissez pas suffisamment les katas de la troisième colonne pour les faire seul. Contentez-vous de vous en imprégner en les regardant sur une bonne vidéo. Analyser ses techniques, cherchez à repérer des constantes, des mouvements qui se répètent et des gestuelles inhabituelles. Si vous avez du temps vous pouvez reconstituer le kata mais il est alors préférable de trouver une vidéo dans laquelle l’exécution est  au ralenti. Le problème avec les vidéos c’est qu’elles ne sont pas conçues de manière pédagogique, souvent on y voit l’exécutant comme s’il était face à nous et non pas à côté de nous, ce qui serait pourtant plus facile pour transposer la gestuelle afin de l’imiter. Mais ne vous torturez pas pour apprendre ces katas, si vous ne les connaissez pas encore c’est qu’ils ne correspondent pas à votre niveau du moment probablement.

Si vous en avez l’occasion, de temps en temps filmez votre séance d’entraînement afin de vérifier si vous mouvements correspondent bien à ceux que vous voyez dans les vidéos. Il est en effet difficile de s’auto-évaluer.

Maintenant que vous avez une méthodologie d’entraînement, il ne reste plus qu’à faire un planning. L’observation des vidéos et la visualisation peuvent être des activités quotidiennes car elle ne nécessitent que peu de temps. En revanche vos séances d’entrainement posent deux problèmes: le temps et le lieu. En ce qui concerne le temps, vous pouvez programmer des cessions courtes de 10 à 20mn, vous n’êtes pas obligé de faire 1h d’affilé. Vaut mieux trouver un rythme d’entraînement agréable que vous allez pouvoir tenir tout l’été, plutôt que de faire de grosses sessions, puis plus rien du tout au bout de quelques jours. Programmez au minimum deux à trois sessions d’entraînement par semaine.

Le vrai problème qui risque de se poser, c’est de trouver un lieu d’entraînement. Si vous avez l’occasion d’aller dans la nature (forêt, plage, etc.) ce serait parfait. Si vous êtes bloqué dans une chambre d’hôtel, vous pouvez néanmoins bouger un petit peu tout de même. Dans ce cas faîtes des petits pas, même sur place, mais respectez les directions (enbusen) du kata. Je ne l’ai pas précisé, mais vous n’avez pas besoin de mettre votre karatégi lors de vos entraînements.

Si vous faîtes un kata peu de fois, il est préférable de l’exécuter du début à la fin. En revanche, si vous souhaitez approfondir un kata et que vous décidez d’en faire un grand nombre de répétition, vous pouvez varier vos approches. Par exemple, scindez la forme codifier en plusieurs groupes de mouvements (3 à 5 environs) et répétez ces portions le nombre de fois que vous vous êtes fixé. A la fin de séance, pensez toujours à refaire le kata en entier deux à trois fois pour en avoir une vision globale.

Pour les katas de la première colonne que vous connaissez très bien, aventurez-vous à les exécuter aussi en commençant du côté opposé. Si le premier mouvement se fait habituellement à gauche, débutez le kata à droite. Cet exercice physique et mental permet de bien assimiler le kata dans la forme habituelle. Si vous n’arrivez pas à transposer des mouvements pour faire le kata opposé, revenez au mouvement habituel et analysez-le jusqu’à ce que vous arriviez la transposition.

Les katas permettent de s’entraîner seul et sont intéressants car ils proposent des mouvements variés. En revanche, dans la plupart des katas il y a peu de coup de pied. Pour équilibrer votre entraînement, il est donc important de faire des exercices d’équilibre sur une jambe et de réaliser des coups de pied. Vous pouvez pour ce faire répéter plusieurs fois des katas où il y a beaucoup de ces techniques de jambe comme kanku-dai par exemple, ou des portions de kata qui utilisent ces techniques.

Pour terminer, pensez à mener vos entraînement de manière progressive. Ne négligez pas l’exécution à vitesse lente qui vous permet de prendre conscience de votre corps et de vous appliquer dans la forme technique. Ne soyez pas trop exigeant avec vous-même, faites-vous avant tout plaisir, n’oubliez pas que c’est tout de même les vacances !

Si vous suivez cette méthode d’entraînement pendant les vacances, restez sur cette lancée à la rentrée, trouvez des moments pour votre entraînement personnel et approfondir ainsi votre connaissance des katas.

Areski

4 réflexions au sujet de « Cet été, révisez vos katas ! »

  1. Bonjour Areski Ouzrout Senseï ,
    nous ne nous connaissons pas à ce jour ! Mais entre autres , je suis un ami à Sylvain Martinis et je connais tous les anciens élèves de Jean Pierre Lavorato Senseï .
    Au plaisir de se rencontrer , Régis senseï Bordeaux

  2. Merci pour ces conseils détaillant une bonne méthodologie de révision estivale des katas. Cela permettra de se maintenir à niveau et peut-être même de progresser un peu !

    • Oui on peut même progresser en suivant cette méthode.
      Cependant pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête, il est possible de s’entraîner sans feuille de route, tout dépend de votre tempérament. Certains préfèrent un cadre de travail, d’autres non.
      A vous de voir en fonction de votre personnalité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *