Tirez le meilleur profit de l’entraînement

5 conseils pour demeurer motivé à l'entraînement

S’entraîner régulièrement c’est bien, c’est même très bien, mais ne vous êtes vous jamais posé la question suivante « comment puis-je rendre plus efficace mes entraînements ? ». Pour progresser plus rapidement, je vous propose dans cet article douze conseils sur lesquels vous appuyer pour optimiser vos efforts à l’entraînement.En effet, trop de gens participent de manière passive aux cours de karaté (mais c’est valable pour tout autre type de cours) et s’étonnent de ne pas évoluer. Ils en attribuent d’ailleurs souvent la faute au professeur sans douter une seule seconde que peut-être il leur revient une part de responsabilité… importante.

Les douze conseils présentés ci-dessous pour avoir une attitude active afin de prendre en main votre progression et profiter des entraînements vont sembler pour certains évidents car ils mettent déjà en pratique ces astuces, pour d’autres ce sera l’occasion d’ouvrir les portes de la progression.

Pour profiter au mieux de l’entraînement dispensé par un professeur, il faut avoir présent à l’esprit que vos efforts doivent porter sur trois stades : avant, pendant et après l’entraînement. Et oui, l’entraînement, ce n’est pas que le moment où le cours se déroule et il est vraiment important d’avoir présent à l’esprit ces trois stades.

Avant l’entraînement

Vous pouvez faire des choses avant l’entraînement pour vous préparer. Ce peut être entre les séances ou juste avant celles-ci.

1 – Arrivez en avance au cours
Il est important de prévoir d’arriver avant le cours et non pas « pile à l’heure ». C’est d’abord une marque de respect que d’arriver à l’heure mais surtout vous ne serez pas stressé parce que le cours vient juste de commencer.
De plus, en arrivant avant le cours, vous pouvez vous concentrer, vous centrez sur vous même pour vous conditionner mentalement à la séance. Le rituel de mettre la tenue d’entraînement contribue à la construction de cette mise en condition mentale. De plus, en arrivant en avance, vous trouverez souvent les vestiaires presque vides et donc calmes, période propice à votre mise en condition.

2 – Échauffez vous
Vous pouvez le faire juste avant le cours (d’où l’intérêt d’arriver en avance) même si vous savez que le professeur va faire un échauffement. Mais l’échauffement général ne convient pas à tout le monde, nous avons tous besoin de détendre certaines zones du corps plutôt que d’autres. Vous devez apprendre à vous échauffer, apprendre quels sont les exercices qui vous sont bénéfiques. Un corps bien échauffé permet de mieux appréhender l’entraînement, de mieux en profiter. Si vous ne savez pas encore quels sont les exercices qui vous font du bien, reprenez ceux qu’utilise le professeur lors de l’échauffement. Vous pouvez aussi mettre votre corps en condition en répétant des techniques ou des katas.

3 – Préparez votre corps
Vous pouvez préparer votre corps en dehors des séances d’entraînement. Cette préparation physique peut porter sur différentes qualités : endurance, force, vitesse, souplesse, etc. Cette préparation peut se faire chez vous (musculation, étirements, respiration, etc.) ou en extérieur (courir ou nager, par exemple). Il est préférable d’établir un programme de façon à couvrir des compétences différentes, vous pouvez demander conseil à votre professeur pour savoir ce qu’il vous est le plus nécessaire de travailler.
Ce travail de préparation peut se faire aussi au cours de la journée. Comme nous avons en général des vies sédentaires, il faut saisir les opportunités de faire travailler notre corps, en montant les escaliers (par deux ?), en portant les courses (cherchez à décontracter les zones tendues inutilement par exemple), en faisant de la marche quand vous pouvez vous passer de votre voiture ou de votre BM (bus, métro).

 4 – Cultivez-vous
En ayant une riche culture de manière générale et plus particulièrement des arts martiaux et du karaté, vous serez à même de capter des subtilités, des détails, de faire des connexions de différents éléments, d’avoir une vision plus large de ce qui est enseigné. Je vous conseille de lire beaucoup, que ce soit des livres ou sur internet mais aussi de regarder des vidéos. Aujourd’hui ce n’est pas la documentation qui manque !
Nous seulement cette démarche va vous enrichir mais elle va alimenter votre motivation, vous maintenir en contact avec votre discipline même si vous êtes éloigné du dojo pour un moment, il y a en effet rarement des cours tous les jours dans les clubs et puis on peut s’absenter pour des raisons familiales, professionnelles ou de santé.
Ne vous cantonnez pas au karaté, soyez curieux des autres arts-martiaux, de la philosophie, etc. Le champ d’investigation est immense.

Pendant l’entraînement

Le cours commence, maintenant il faut être présent et profiter de tout ce qui s’y passe, mais comment ?

5 – Soyez présent
Soyez présent ! Cette injonction signifie bien sûr qu’il faut assister physiquement à la séance, mais aussi que votre esprit doit y être. Parfois, alors que le professeur donne des explications, l’esprit vagabonde. Ramenez-le dans l’ici et maintenant, ne perdez pas une goutte de ce qui est dit. Regardez attentivement… Quel pied est en avant ? Que fait l’attaquant ? Que fait le défenseur ? Quel est l’intérêt de l’exercice, son objectif ? Soyez attentif à ce qui se dit et ce que vous voyez. En effet, les informations essentielles ne sont pas toujours verbalisées, il faut avoir les yeux et les oreilles grands ouverts.

Il vous faut aussi être présent dans ce que vous faites. Ne travaillez pas machinalement, soyez dans chaque instant du mouvement, si vous n’y arrivez pas ralentissez l’exercice si cela est possible. Profitez de l’instant présent et savourez ce qu’il vous apporte de sensations.

6 – Donnez le meilleur de vous-même
Ce conseil fait écho au précédent. Vous ne pouvez donner le meilleur de vous-même qu’en étant présent et conscient de ce que vous faites. Ne vous donnez pas des excuses pour ne pas faire un exercice, pour ne pas au moins essayer de faire ce qui est demandé, allez de l’avant. N’ayez pas honte de vous tromper, c’est grâce aux erreurs que l’on progresse. Allez au maximum de ce que vous pouvez faire ce jour-ci dans le respect des consignes données par l’enseignant et dans le respect de votre partenaire (ne le martyrisez pas). Ne baissez pas les bras, regardez autour de vous, si les autres réussissent alors pourquoi pas vous ? N’oubliez pas que chaque effort que vous mettez dans la cagnotte vous sera rendu sous forme de progrès.
Il faut cependant aussi savoir être à l’écoute de vous-même et connaître vos limites. Il ne faut pas vous blesser car ce n’est pas respecter votre corps, ne pas vous respecter vous-même et cela peut vous empêcher d’aller à l’entraînement pendant un certain temps. Avec l’expérience vous allez apprendre à trouver la bonne manière de s’investir à l’entraînement.

7 – Laissez votre ego au vestiaire
J’ai déjà abordé la dimension de l’ego à maintes reprises dans ce blog. Tous les arts martiaux, le karaté compris, ont pour but de diminuer la force de notre ego ou du moins de faire en sorte qu’il ne soit pas le maître du navire (le navire c’est nous). Votre ego va se manifester à chaque fois que vous voudrez avoir raison « je te dis que c’est comme ça qu’il faut faire », quand vous vous donnerez des excuses pour ne pas faire correctement « moi je ne peux pas faire ça… je ne suis pas assez souple… je ne suis pas assez fort… je ne suis pas etc. », quand vous voulez montrer votre supériorité « ha tu vas voir, tu m’as mis un coup dans le ventre, je vais t’en donner un plus fort… Tu veux me faire tomber ? je résiste, je résiste, je ne tomberais pas… Tu vas voir, tu ne pourras pas dévier mon bras, je vais résister, faire un bras de fer pour que t’empêcher de réussir… », quand vous n’acceptez pas les conseils « mais il se prend pour qui lui pour me donner des conseils à MOI ? ».

En travaillant sur votre ego, vous ouvrez les portes qui mènent vers votre évolution technique et spirituelle. Réprimez vos irritations qui sont des manifestations de votre ego, pour le faire taisez-vous, respirez consciemment et concentrez-vous sur la tâche à exécuter. Même si ce septième conseille s’intitule « laissez votre ego au vestiaire », je vous conseille de le laisser tout court. Continuez à travailler sur votre ego tous les jours, n’attendez pas le cours de karaté, ce serait si dommage de se priver des occasions que nous apportent les situations quotidiennes pour progresser dans la connaissance et la maitrise de soi.

8 – Profitez des échanges avec les partenaires
On peut s’entraîner seul pendant des heures mais les occasions d’avoir un partenaire sont plus rares. Le cours est souvent l’unique moment où l’on a des partenaires avec lesquels travailler. Il faut donc en profiter pleinement. Les conseils donnés précédemment, être présent, donner le meilleur de soi-même et abandonner l’ego, vont nous aider à choyer ces moments si précieux où nous échangeons avec un partenaire.  Ces échanges commencent et se terminent généralement par un salut par lequel on témoigne notre respect, notre engagement à bien faire. Cet engagement symbolisé par le salut c’est celui de faire progresser le partenaire, de mettre tout en œuvre pour qu’il réussisse en sécurité. Profitez du travail avec le partenaire ne consiste pas à prendre de lui mais plutôt à donner. C’est dans le don de soi que l’on recevra en retour ce qui va nous faire progresser. Ce don doit être inconditionnel et sans calcul, vous ne pouvez pas savoir à l’avance ce que l’échange avec le partenaire va vous apporter.

Il est bon de changer de partenaire pour profiter de différentes personnalités, de différentes réactions, de différentes sensibilités. Chaque partenaire a quelque chose à nous apprendre, quel que soit son niveau. Même si vous êtes un pratiquant avancé, travailler avec un débutant peut vous être très bénéfique.

9 – Posez des questions
Vous devez aborder le cours avec un esprit critique. Il ne s’agit pas de critiquer le cours mais de vous poser des questions sur les raisons d’un exercice, le pourquoi d’une technique, etc. Posez-vous des questions mais n’hésitez pas à les poser au professeur devant les autres élèves, vos interrogations profiterons alors à tous. Il ne faut bien sûr pas inonder l’enseignant de question en interrompant continuellement le cours mais de cibler des questions qui peuvent amener un plus à la compréhension d’un exercice, d’une technique, d’un kata, etc. Votre question peut amener l’enseignant à se rendre compte que son propos n’est pas clair, qu’il a peut-être oublié une consigne essentielle, c’est pourquoi il est préférable de poser une question quand on ne comprend pas.

Après l’entraînement

Le cours terminé, une nouvelle démarche vous attend pour optimiser ce qu’il peut vous apporter.

10 – Analysez le cours
Maintenant que le cours est terminé, que vous en avez une vision globale, déroulez le film et identifiez le scénario. Quel était le ou les objectifs du cours ? Comment était-il construit ? Comment s’articulait-il ? Le cheminement était-il logique ? En vous intéressant à la construction du cours et ses objectifs vous allez comprendre la progression proposée et l’intérêt des exercices qui à première vue n’était pas si évident. Vous ne saisirez peut-être pas tout les tenants et aboutissant de la séance, mais faites des hypothèses et vérifiez-les. En comprenant comment le cours se construit, vous enrichissez votre compréhension du karaté. Vous pouvez ainsi reprendre à votre compte dans vos entraînements personnels la progressivité proposée et l’adapter à vos envies et besoins.

Si vous comprenez le cheminement de chaque cours, en prenant plus de hauteur vous saisirez peut-être aussi l’orientation d’un cycle d’entraînement. Parfois l’enseignant annonce les objectifs de travail, parfois pas car cela n’a pas d’incidence sur l’efficacité de la séance. En cherchant à comprendre les intentions de l’enseignant dans chaque exercice et chaque cours, vous mettez du sens sur le travail effectuer. Ce sens va vous guider pour faire la part de l’essentiel et du superflu, ainsi de ce qui est important pour vous de retenir.

11 – Prenez des notes
Le fait de prendre des notes va vous aider à réfléchir. Dans mes premières années d’entraînement un élève me posait parfois la question « qu’avez-vous travaillez à l’entraînement précédent ? ». J’étais souvent dans l’incapacité de lui répondre… j’avais pratiquement tout oublié. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à tout consigner dans un carnet. Cette prise de notes vas vous aider ensuite à analyser le cours (conseil n° 10) mais aussi à refaire seul certains exercices.

12 – Révisez les exercices
Reprenez vos notes et travaillez seul certains exercices, notamment ceux qui vous posent problème. Le laps de temps imparti à chaque exercice dans le cours ne permet pas à tout le monde d’acquérir les compétences visées, il nous faut tous un temps de travail différent pour assimiler. En travaillant chez vous, vous pouvez revoir à la vitesse qui vous convient les techniques ou les exercices qui vous posent problème, vous pouvez aussi tout simplement faire du renforcement en répétant de choses que vous savez déjà faire mais que vous souhaitez intégrer plus profondément.

Il est fort probable que certains exercices reviendront au menu dans des entraînements à plus ou moins long terme. Le fait de prendre du temps à assimiler une notion, une technique, va vous faire gagner du temps sur d’autres aspect de la pratique grâce à la notion de transfert. Ce que j’ai appris dans le contrôle de mon corps dans une technique A je peux le réinvestir ans l’étude de la technique B et bien d’autres.

Les douze conseils ci-dessus sont applicables à d’autres domaines qu’ils soient scolaire, professionnel, familial ou personnel. Devenir un pratiquant de karaté est un effort de chaque instant. Aussi riches soient les cours, aussi expérimenté soit le professeur, vous êtes le seul acteur de votre vie et c’est sur vous et vos efforts que reposent vos progrès. Pour profiter au mieux des richesses qui s’étalent devant vous, vous devez faire l’effort de les voir et de les saisir. Mettez en œuvre ces douze conseils et vous allez booster votre pratique.

N’hésitez pas à donner d’autres conseils en laissant un commentaire s’il vous plait.

Areski

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *