Technique oi-tsuki

OI-TSUKI – LE COUP DE POING EN POURSUITE

La technique oi-tsuki, qui signifie coup de poing en poursuite est aussi parfois appelée jun-tsuki. C’est un mouvement de base dans le karaté, le coup est direct en avançant sur un pas comme le montre la vidéo ci-dessus. Oi-tsuki est donc la combinaison d’un déplacement sur un pas, aussi appelé ayumi-ashi (déplacement en marchant) et du coup de poing fondamental, choku-zuki (coup de poing direct). Selon les écoles, les professeurs et surtout les circonstances, la synchronisation entre le déplacement et la frappe du membre supérieur peut différer. Mais globalement, la forme globale est la même et on retrouve ce mouvement dans toutes les écoles de karaté.

La vidéo ci-dessous démontre le déplacement ayumi-ashi. Celui-ci peut se faire dans des positions différentes : zenkutsu-dachi, kiba-dachi, kokutsu-dachi, neko-ashi-dachi, sanchin-dachi, etc.

Le mouvement oi-zuki se trouve dans de nombreux katas et très souvent en position zenkutsu-dachi. Cependant, oi-zuki peut aussi s’effectuer avec d’autres postures comme shiko-dachi ou moto-dachi par exemple. Il me semble important de s’exercer à associer le coup de poing avec des postures variées pour ne pas s’enfermer dans un automatisme qui pourrait à terme restreindre votre liberté de mouvement et d’adaptation.

La vidéo suivant, présente le coup de poing de base choku-zuki, parfois aussi appelé kara-zuki. Il y a quelques variante en fonction des écoles, notamment concernant le moment où il faut tourner le poing, mais cela reste encore un détail.

Comme je l’ai écris plus haut, la technique oi-zuki se fait donc en associant le coup de poing direct et le déplacement sur un pas vers l’avant. C’est une technique que l’on apprend très tôt quand on commence le karaté car elle est présente dans de nombreux katas et elle sert aussi beaucoup dans le travail avec partenaire pour s’entraîner aux autres mouvements, comme les parades par exemple.

En ce qui concerne la synchronisation entre le déplacement et le coup de poing, il y a plusieurs façon de faire. Certaines écoles revendique une manière plutôt qu’une autre. Je pense que toutes les méthodes proposées sont bonnes, ce qui est en revanche essentiel c’est d’être capable d’adapter la synchronisation en fonction de la situation de combat. Parfois il sera préférable de poser le pied avant de frapper du poing, d’autres fois il sera mieux de frapper avant de poser le pied et puis enfin, on peut aussi avoir besoin de frapper en même temps que le pied se pose au sol. Ces trois manières de synchroniser le poing et le déplacement doivent être étudiées pour ne pas s’enfermer dans une seule façon de procéder et développer la capacité à s’adapter aux situations. Vous devrez alors étudier les avantages et les inconvénients de ces trois méthodes. C’est en travaillant sur une cible, un bouclier ou un sac de frappe que vous pourrez sentir comment faire participer tout votre corps dans l’action pour que votre oi-zuki soit exécuter en étant connecté et en trouvant la tension juste (ni trop, ni pas assez). L’exécution dans le vide seule n’est pas suffisante à la compréhension d’une technique.

Quand on mentionne la technique oi-zuki, on pense naturellement à un coup de poing car c’est de cette façon que la technique est définie. Cependant, si l’on comprend qu’en gardant quasiment la même trajectoire, la même technique, on utilise comme zone d’impact l’intérieur ou l’extérieur de l’avant-bras, oi-zuki peut aussi devenir une technique de projection ou une frappe avec les deux partie sus-mentionnées.

N’oubliez pas aussi le rôle du bras qui ne frappe pas, hikite (bras tiré vers l’arrière). Dans les applications de combat, la main qui va en arrière peut saisir l’adversaire (poignet, col, tête, etc.) pour le tirer à soi et ainsi augmenter l’efficacité de la frappe tout en piégeant l’adversaire qui ne peut pas s’échapper.

Si la technique oi-zuki est souvent utilisée en karaté, il ne faut oublier qu’il existe d’autres techniques de poing, notamment celles qui sont circulaires. Oi-zuki est une base de formation à partir de laquelle vous allez pouvoir apprendre d’autres techniques. En maitrisant oi-zuki, vous assimilerez des principes qui seront transférable dans l’exécution d’autres mouvements de karaté.

Areski

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *