Se tourner vers l’intérieur

rc3a9unification-de-tous-les-c2ab-moi-c2bb

Dans la pratique du karaté, nous devons gérer à la fois ce qui nous est extérieur, le partenaire ou l’adversaire, mais aussi ce qui est en nous, nos émotions, tensions, pensées, etc. Ce que nous ressentions peut être un frein à nos actions si cette vie intérieur nous submerge et nous entrave, mais peut tout aussi bien être un avantage pour anticiper les évènements ou les gérer avec calme, sérénité. Malheureusement nous nous entraînons principalement sur l’aspect visible, la dimension extérieure. Je vous invite à explorer la dimension intérieure pour équilibrer votre pratique, mais aussi pour enrichir votre connaissance de vous-même et mettre plus de qualité dans votre présence au quotidien.

Une fois la phase d’apprentissage passée, lorsqu’on cherche à perfectionner la technique, peut-on véritablement le faire sans se soucier de nos tensions musculaires et de notre état émotionnel. Beaucoup de pratiquants sont impressionnés par les mouvements amples et acrobatiques au point d’oublier que le travail doit aussi se faire à l’intérieur.

Il est tout d’abord essentiel d’avoir conscience de notre corps et de vos tensions. Celles-ci peuvent être volontaires, c’est le cas lors de l’exécution d’une technique, vous devez contracter certaines parties du corps pour mouvoir un membre ou le corps dans son entier. En revanche, êtes vous conscient des parties contractées qui n’ont aucune raison de l’être ? Votre professeur ne vous a-t-il pas maintes fois dit « relâchez les épaules ! ». Commencer à scanner votre corps lorsque vous êtes au repos, allongé sur le dos est la position la plus simple pour débuter. Respirez calmement et scannez votre corps de la tête aux pieds ou inversement, quand vous vous apercevez d’une tension, relâchez là. Quand vos tensions ont disparu scannez à nouveau votre corps et prenez conscience de votre respiration, est-elle fluide, continue, constante ? Portez votre attention sur elle puis sur les sensations des différents contact de votre peau, sur le sol, les vêtements, etc… Prenez ensuite conscience de votre état émotionnel, êtes-vous calme ? vos idées sont-elles agitées ? Quelle émotion ressentez-vous ? Ce travail vous amène à ancrer la conscience dans votre corps.

Quand vous êtes habitués à scanner votre corps dans la position allongée, entraînez-vous à le faire en position assise puis debout. Entraînez-vous à cette introspection régulièrement de façon à pouvoir le faire de manière rapide en quelques secondes. Le faire toute les heures va vous aider à être plus souvent conscient de votre état et a être présent ici et maintenant. L’idéal étant de pouvoir vivre cet état de présence, en étant conscient de ce qui se passe à l’extérieur et à l’intérieur de manière constante lorsque cela devient un automatisme.

Quand vous maîtrisez le scan au quotidien, entraînez-vous à le faire dans votre entraînement, dans les exercices en solo. Quand vous exécutez un kata par exemple, faites des pauses sur certains mouvements et scannez votre corps, relâchez les tensions, prenez conscience des appuis, du contact de votre karategi sur la peau. Progressivement, cherchez à être présent et scannez votre corps sans faire de pause, dans le mouvement. Cela sera plus simple si les mouvements ne sont pas trop rapide, voire même lents, ce n’est pas pour rien que le taichi se fait lentement.

Le plus difficile va être de garder cet état de conscience quand vous travaillez avec un partenaire. C’est dans des exercices réalisés à vitesse lente que vous allez pouvoir développer cette capacité jusqu’à ce que cet état de présence ne nécessite plus d’effort. Ainsi, progressivement, vous allez être en mesure de gérer le partenaire et les paramètres extérieurs tout en ayant conscience de votre état intérieur pour le normaliser le plus possible afin de gérer avec calme et sérénité les différents évènements qui apparaissent.

Quand votre état émotionnel change, cherchez à identifier à quel moment et pourquoi. C’est souvent par la maitrise de la respiration vous allez pouvoir influer sur cet état. Si vous le faites au commencement du changement cela sera bien sûr plus facile que si vous attendez d’être submergé.

Il existe beaucoup de techniques pour prendre conscience de ses tensions et relaxer votre corps, vous les trouverez dans les ouvrages ou les site de relaxation et de méditation. Choisissez les techniques que vous pouvez utiliser en action (marcher, faire du karaté, …). Si vous êtes en mesure de contrôler votre état intérieur, vous réussirez mieux à contrôler votre gestuelle et à interagir avec un ou plusieurs partenaires. La conscience des fluctuations de l’état intérieur va aussi vous aider à développer vos perceptions et votre intuition. L’intuition se traduit par des manifestations subtiles dans votre corps. Aussi, si vous avez l’habitude d’être à l’écoute de celui-ci vous pourrez identifier le fonctionnement de votre intuition, de votre alarme interne… Mais cela est déjà l’objet d’un futur article.

Bonne pratique et n’hésitez pas à faire par de vos expériences.

Areski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *