La route de l’intuition

autoroute-fribourg-nuit

L’intuition est une capacité que nous avons tous et qui je pense peut être développée. En tout cas, nous pouvons apprendre à être à son écoute et lui faire confiance. Nous ne sommes hélas pas dans une société qui valorise et favorise cette capacité. Pourtant, même un grand génie comme Einstein reconnaissait qu’il était important de s’appuyer sur l’intuition pour résoudre des problèmes extrêmement complexes et sur la raison pour traiter les petits problèmes. L’intuition fait de plus en plus l’objet d’études et d’expériences. Si nous ne sommes pas en capacité de l’expliquer, nous sommes très nombreux a en avoir fait l’expérience.

En karaté, développer l’intuition est utile si l’on veut passer à un stade supérieur pour anticiper l’attaque. Faire reposer notre capacité d’analyse d’une situation uniquement sur les cinq sens n’est pas suffisant et souvent nous amène à une retard dans la réaction. L’intuition permet de prévoir une attaque et donc de bien anticiper. C’est une capacité que l’on peut entraîner dans des circonstances diverses et notamment dans des situations du quotidien. C’est pourquoi je veux partager avec vous, une petite expérience que j’ai fait hier soir.Il était tard et je rentrai du cours de karaté. Pour ce faire je prends le périphérique, puis l’autoroute A4. Ensuite, pour rejoindre mon domicile, j’ai deux options, prendre la première sortie pour Maisons-Alfort ou bien continuer mon chemin sur l’autoroute et prendre la direction de Créteil et prendre une autre sortie pour Maisons-Alfort.

Le soir il y a parfois des travaux pour la maintenance des  routes et la deuxième sortie pour Maisons-Alfort est parfois fermée, ce qui me retarde beaucoup car je dois alors faire un détour et surtout, il y a alors de très gros bouchons car je ne suis pas le seul à être détourné.

Cette déviation n’est jamais annoncée suffisamment en amont pour que je puisse envisager de prendre la première sortie. C’est pourquoi hier, je me suis laissé guider par mon intuition. Elle me disait de prendre la première sortie et j’avais bien compris le message. Cependant, je voulais vérifier si c’était une bonne intuition, alors j’ai continué sur l’autoroute pour voir si la deuxième sortie était fermée et… elle était bien fermée. Cette vérification de mon intuition m’a coûté 20 minutes de plus pour rejoindre mon domicile.

Je fais ce genre d’expérience assez régulièrement, un peu chaque jour. Comme j’utilise beaucoup la voiture pour mes déplacements, il est vrai que je profite souvent de la situation de conduite pour entraîner mon intuition. Aux intersections, je cherche à deviner si un véhicule arrive alors que la visibilité ne me permet pas encore de le savoir. Bien entendu, je ne prends pas de risque et respecte le code de la route, c’est à dire que je ralentis pour être en mesure de céder le passage si je dois le faire.

Vous pouvez tous trouver des moments, des situations pour travailler votre intuition. Je propose d’ailleurs quelques exercices et aborde le sujet dans mon dernier livre « karaté, l’efficacité à portée de main » chez Budo éditions.

Et vous ? avez vous des anecdotes concernant à partager concernant l’intuition ou des expériences à relater ? L’intuition vous est-elle utile ? Pratiquez-vous des exercices pour aiguiser votre intuition ?

Areski

 

Une réflexion au sujet de « La route de l’intuition »

  1. Lorsque j’avais 15 ans mon professeur de karaté m’a raconté une histoire :

    Un jour un maître de karaté demanda à chacun de ses élèves gradés du 1er au 5ème dan de le rejoindre et seulement lorsqu’ils seraient appelés de venir à l’extérieur du dojo. Le chemin le plus court étant de prendre un long couloir avec des portes. Au fond de ce couloir une porte permettait de traverser une pièce et de se rendre dans la cour du dojo.
    Le premier dan commence, il s’engage dans la pièce en ouvrant la porte, un sac très lourd rempli de sable lui tombe sur le sommet du crâne. Le karateka s’écroule KO sur le sol sans comprendre ce qui vient d’arriver.
    C’est au tour du deuxième dan, il rentre dans la pièce, reçoit également le sac sur le crâne mais avant de s’écrouler il contre attaque en gyaku tsuki.
    Vient le tour du troisième dan, qui au moment de rentrer dans la pièce esquive le sac puis contre-attaque et parvient à traverser pour rejoindre le maître.
    Le quatrième dan est appelé, au moment de toucher la porte, a un ressenti désagréable et se méfie. Il entre dans la pièce, le sac tombe mais il l’esquive sans contre-attaquer car ce n’est qu’un sac.
    Enfin le cinquième dan traverse le couloir mais son intuition lui dit de ne pas passer par la porte du fond car il ressent un danger dans cette pièce, alors sa boussole intérieure lui fait prendre un autre chemin qui lui permet de rejoindre le maître sans encombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *