Standardisation et illusion

Optical Illusion Abstract

Nous avons déjà traité de la segmentation des arts martiaux en catégories qui satisfont les exigences de l’univers de la compétition, discernant ainsi les pratiques pieds poings, du corps à corps, des luxations, etc. Bien sûr chacune de ces catégories se subdivisent en sous catégories puis se ramifient de manière plus où moins importante en différentes écoles.

Ainsi, dans les pied poing, il y a différentes boxes, le kung-fu, le taekwondo, le karaté, pour n’en citer que quelques disciplines. Puis dans le karaté, par exemple, il y a différentes écoles : shotokan, wado-ryu, goju-ryu, shito-ryu, etc. Et enfin dans chacune de ces écoles il y a différents courants, par exemple en shotokan il y a les tendances Kase, JKA, JKS, Kanazawa, Nishiyama, Oshima, etc.. Comme vous pouvez le constater par ces appellations, ces tendances sont associées à l’expérience et la vision du karaté d’un maitre, d’un expert. Nous pouvons donc bien sûr aller encore plus loin dans ce fractionnement car chaque enseignant apporte sa touche personnelle à la forme qu’il enseigne et il en est de même pour les élèves. Lire la suite

Le coup de pied oublié

Il est un coup de pied que vous connaissez bien-sûr mais que vous ne pratiquez probablement pas en dehors des katas. Dans ces derniers il est toujours exécuté avec la jambe droite, parfois-même en sautant. A l’origine il y avait peu de coups de pied dans l’Okinawate, ancêtre du karaté. Le coups de pied de face mae-geri, les fumikomi et fumikiri se faisaient au niveau des côtes ou plus bas. Les techniques plus spectaculaires que nous pratiquons quotidiennement dans nos dojos, tels que mawashi-geri (coup de pied circulaire), sokuto-geri ou yoko-geri (coup de pied latéral avec le tranchant externe du pied), ont fait leur apparition probablement au début du XXème siécle. Lire la suite

L’individu avant tout !

Maçon à Quebec poseur de brique Maçonnerie Boréal

Il m’est arrivé maintes fois d’entendre des pratiquants ou ex-pratiquants parler du karaté et de me demander s’il s’agissait du même karaté dont je fais l’expérience quotidiennement tellement leur univers me paraissait lointain.

Le ressentit que chacun a de sa pratique est bien évidemment très subjectif puisqu’il s’agit d’une expérience personnelle, il est donc tout à fait compréhensible qu’avec le même entraînement, les mêmes techniques, les mêmes expériences, chaque individu en tirera des impressions personnelles très différentes. Lire la suite