Je n’ai pas le temps !

Résultat de recherche d'images pour "sablier"

J’incite souvent les élèves à s’entraîner seuls en fonction de leurs moyens. En effet, beaucoup sont les pratiquants qui ne peuvent venir s’entraîner au dojo qu’une fois par semaine. Il faut être honnête, pour progresser ce n’est pas suffisant. La première année de pratique nécessite de l’assiduité car il y a beaucoup de choses à apprendre et il faut, pour ceux qui n’ont pas pratiqué d’activité physique exigeant de la coordination, éduquer le corps au mouvement. J’ai en ai déjà parlé dans de précédents articles, s’entraîner régulièrement est important et fondamental. Il n’y a pas de secret, plus vous vous entraînez, avec intelligence tout de même, plus vous allez progresser. Lire la suite

L’entraînement régulier

Résultat de recherche d'images pour "entraînement"

Ce n’est pas notre tête qui apprend, c’est notre corps. C’est pourquoi un entraînement régulier, constant, est nécessaire. Je suis entrain d’énoncer une lapalissade, une évidence me direz-vous, et pourtant je ne suis pas sûr beaucoup de pratiquants comprennent réellement que c’est par le corps que l’art martial doit s’apprendre. Je ne veux pas dire qu’il ne faut pas réfléchir, ni analyser sa pratique, bien au contraire, mais il faut aboutir à ce que le corps intègre profondément l’apprentissage. Lire la suite

Faut-il suivre son instinct ?

Résultat de recherche d'images pour "instinct"

L’instinct fait référence à nos comportements innés et héréditaires. On connait bien l’instinct des animaux qui guide en grande partie leurs actions, leurs choix. Quelle nourriture manger ? Quand se reproduire ? Où aller ? Les exemples sont nombreux. Concernant l’homme, la notion d’instinct est parfois mis en valeur, comme si c’était un aspect de notre personnalité qui hélas se perdrait à cause de notre façon de vivre qui nous éloignerait des comportements naturels qui seraient bénéfiques pour nous, comme par exemple ce qu’il faudrait manger pour rester en bonne santé. Parfois l’instinct est diabolisé, on nous compare alors aux animaux qui n’ont pas d’éducation ni de civilisation, nous ne devrions pas suivre nos instincts car ils nous rendraient bestiaux (ce n’est pas gentil pour nos amis les bêtes…). Alors que devons-nous faire de nos instincts, les rejeter ou les utiliser ? Lire la suite

Sur la route d’Okinawa… Jean-Charles Juster

KARATE ET KOBUDO A LA SOURCE Les arts martiaux okinawanais maintenant Entretiens à Okinawa avec ses maîtres de karate et de kobudô I: les experts du shurite moderne et des kobudô

Les livres de Jean-Charles Juster

J’ai lu dernièrement quelques uns des livres de Jean-Charles Juster. Enfin de la littérature intéressante, riche, nouvelle. Jean-Charles Juster marque déjà l’histoire de la littérature du karaté avec un nombre impressionnants de livres publiés en peu de temps. Je pense qu’il est le seul à avoir une écriture abondante en si peu de temps. Ceci-dit, cette profusion n’empêche pas Jean-Charles Juster d’avoir un discours profond, réfléchi et des analyses pointues. Ethnologue de formation et pratiquant de karaté, Jean-Charles Juster s’intéresse à la culture Okinawanaise depuis plus de dix ans. Lire la suite