D’abord ne pas nuire

Résultat de recherche d'images pour "primum non nocere"

On attribue souvent à Hippocrate le père de la médecine moderne, la maxime disant que la première obligation d’un médecin à l’égard d’un patient est de ne pas lui nuire, « primum non nocere » en latin. Ce qui veut dire que le médecin doit considérer, avant toute intervention ou préconisation, si l’action préconisée n’est pas dangereuse, si le risque est contrôlé ou mesurable afin de ne pas empirer l’état du patient. Je pense qu’il en est de même dans les arts martiaux, avant d’apprendre à se défendre, la pratique ne doit pas nuire à l’individu, elle ne doit pas être destructrice. Lire la suite

Se libérer de l’ego

Résultat de recherche d'images pour "ego"

Le travail sur l’ego est un aspect important des arts martiaux et cette dimension me semble incontournable lorsqu’on aborde les arts martiaux comme moyen de développement personnel. Cette dimension a souvent été évoqué dans de précédents artciles, il me semblait important d’écrire plus longuement à ce sujet.

Toutes les pratiques martiales japonaises ont été influencées par le bouddhisme zen qui n’est pas une religion dans le sens où il ne s’agit pas de croire en une divinité supérieure, mais une proposition de cheminement spirituel pour se libérer de l’ego, condition indispensable pour accéder à sa vraie dimension dans l’univers et vivre l’essentiel sans attachement inutile, superflu. Lire la suite

La forme de l’eau

Résultat de recherche d'images pour "eau"

Une équipe de scientifiques vivant dans une autre galaxie découvre qu’il y a de l’eau sur terre. C’est un élément inconnu sur leur planète, aussi sont-ils assez curieux de découvrir ce qu’est l’eau. C’est pourquoi trois équipes sont envoyées sur terre pour faire des analyses. Lire la suite

Se remettre en question

Résultat de recherche d'images pour "chemin choix"

La pratique des arts martiaux est aussi un cheminement dans la connaissance de soi. Cette démarche passe par des questionnements, des remises en question, aussi bien dans sa pratique que dans sa vie de manière générale. Les grands maitres ne sont pas arrivés à une haute maîtrise dans leur art parce qu’ils sont doués, c’est parce qu’ils savent douter, remettre en question leurs certitudes et travaillent quotidiennement à s’améliorer. Lire la suite

Souvenez-vous de vos sensations

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez réussi à faire du vélo, sans les petites roues stabilisatrices ? Peut-être pas mais si aujourd’hui vous êtes encore en mesure de faire du vélo c’est que vous avez mémorisé la sensation qui consiste à maintenir le bicycle en équilibre sur deux roues. Cet équilibre est une capacité très fine qui met en oeuvre un très grand nombre de paramètres, qui fait appel à plusieurs sens. Nous ne sommes pas en mesure d’expliquer rationnellement comment on réussit une telle prouesse et pourtant, il suffit de l’avoir ressenti une fois et d’avoir mémorisé cette sensation pour la reproduire jusqu’à la fin de notre vie. N’est-ce pas formidable ? Lire la suite

Le bras de fer

over-the-top-le-bras-de-ii01-g

Quand on réalise un exercice conventionnel, il arrive que l’on perde de vue l’objectif principal de celui-ci est souvent notre ego nous amène à une recherche d’opposition pour exprimer qu’il existe, qu’il est là et qu’il est bien sûr le plus fort. On s’écarte alors de la recherche proposée initialement par l’exercice pour en faire un autre.

Prenons un exemple pour illustrer le propos. Deux partenaires, A et B, font un assaut conventionnel, ippon-gumite. A attaque avec un coup de poing en poursuite au niveau du visage, oi-zuki jôdan, B dévie l’attaque avec le mouvement chûdan soto-ude-uke, comme l’illustre le dessin ci-contre.

  Lire la suite

Je n’ai pas le temps !

Résultat de recherche d'images pour "sablier"

J’incite souvent les élèves à s’entraîner seuls en fonction de leurs moyens. En effet, beaucoup sont les pratiquants qui ne peuvent venir s’entraîner au dojo qu’une fois par semaine. Il faut être honnête, pour progresser ce n’est pas suffisant. La première année de pratique nécessite de l’assiduité car il y a beaucoup de choses à apprendre et il faut, pour ceux qui n’ont pas pratiqué d’activité physique exigeant de la coordination, éduquer le corps au mouvement. J’ai en ai déjà parlé dans de précédents articles, s’entraîner régulièrement est important et fondamental. Il n’y a pas de secret, plus vous vous entraînez, avec intelligence tout de même, plus vous allez progresser. Lire la suite

L’entraînement régulier

Résultat de recherche d'images pour "entraînement"

Ce n’est pas notre tête qui apprend, c’est notre corps. C’est pourquoi un entraînement régulier, constant, est nécessaire. Je suis entrain d’énoncer une lapalissade, une évidence me direz-vous, et pourtant je ne suis pas sûr beaucoup de pratiquants comprennent réellement que c’est par le corps que l’art martial doit s’apprendre. Je ne veux pas dire qu’il ne faut pas réfléchir, ni analyser sa pratique, bien au contraire, mais il faut aboutir à ce que le corps intègre profondément l’apprentissage. Lire la suite

Faut-il suivre son instinct ?

Résultat de recherche d'images pour "instinct"

L’instinct fait référence à nos comportements innés et héréditaires. On connait bien l’instinct des animaux qui guide en grande partie leurs actions, leurs choix. Quelle nourriture manger ? Quand se reproduire ? Où aller ? Les exemples sont nombreux. Concernant l’homme, la notion d’instinct est parfois mis en valeur, comme si c’était un aspect de notre personnalité qui hélas se perdrait à cause de notre façon de vivre qui nous éloignerait des comportements naturels qui seraient bénéfiques pour nous, comme par exemple ce qu’il faudrait manger pour rester en bonne santé. Parfois l’instinct est diabolisé, on nous compare alors aux animaux qui n’ont pas d’éducation ni de civilisation, nous ne devrions pas suivre nos instincts car ils nous rendraient bestiaux (ce n’est pas gentil pour nos amis les bêtes…). Alors que devons-nous faire de nos instincts, les rejeter ou les utiliser ? Lire la suite

Faut-il être doué ?

Débuter une nouvelle discipline n’est pas facile. Pour ma part, bien plus jeune, j’avais commencé à apprendre la guitare, mais m’estimant peu doué j’ai abandonné après deux années. Était-ce vraiment la seule raison de mon abandon ? Non, en y réfléchissant, il y avait d’autres paramètres qui ont contribué à ce que je ne poursuive pas dans cette voie. L’un d’eux était un manque de réelle motivation, du moins sur le long terme. Commencer une activité, une discipline, c’est relativement facile, mais continuer et persévérer c’est autre chose. Lire la suite