Kôan

Vous avez probablement déjà entendu parlé des kôan, ces petites phrases qui sont sensées aider un disciple de bouddhisme zen à s’éveiller.

Tout d’abord un peu d’histoire. Le zen est la version japonaise de la tradition Chan qui vient de Chine. Le bouddhisme Chan s’est développé durant le VIIème et VIIIème siècle et grâce à son succès, cette école a supplanté les autres. Dans le bouddhisme Chan, les moines ont compilé des entretiens entre moines ainsi que des petites histoires connues sous le nom de gongan dont la prononciation japonaise est kôan. Pour les chinois, le gongan exprime l’éveil. Lire la suite

La fête des fleurs au Japon

Hanamatsuri

Le 8 avril les japonais célèbre la fête des fleurs, hana matsuri. Cette fête ne doit pas être confondue avec la célébration de la floraison des cerisiers appelé hanami qui ne se fait pas à une date fixe mais en fonction de la floraison dans chaque région. Lors du hana matsuri, la fête des fleurs, les japonais célèbrent la naissance de Siddhartha Gautama, le bouddha, c’est donc la fête de bouddha. Lire la suite

Bonne année 2017

Nous voilà passés à une nouvelle année. L’occasion de vous remercier de visiter mon blog. J’espère que l’année 2017 sera pleine de bonheur, d’amour, de joie, de réussite, de paix. Continuons à vibrer positivement et avec plus d’intensité de l’intérieur, pour créer ensemble le monde qui nous entoure meilleur encore.

Et encore, bonne année 2017 !

Areski

Redéfinir sa relation aux autres par le « don »

On dit souvent que l’on ne peut pas progresser seul, que l’on a besoin de partenaires à l’entraînement. Cela implique donc un échange, je donne et je reçois. J’aimerais aller un peu plus loin dans cette notion de don de soi. A priori, à l’origine la démarche qui amène une personne dans un dojo est un peu égoïste. Elle vient pour y chercher quelque chose pour satisfaire une attente, un désir. A la lumière de cette démarche, la personne est tournée plus vers elle-même que vers les autres. L’échange avec le partenaire n’est donc qu’un moyen, une situation qui permet à cette personne de se remplir d’une expérience, d’un savoir, etc. Le don de soi est donc ici en quelque sorte « calculé », je donne et je reçois. Il n’y a bien sûr pas de mal à cela et j’aimerais ne pas tomber dans une forme de jugement. Néanmoins, je pense qu’en réfléchissant sur la relation que l’on a avec les partenaires du dojo, tout comme à l’extérieur de celui-ci, nous pouvons changer notre perception du monde. Lire la suite

Force et souplesse

La force et la souplesse sont deux qualités physiques mobilisées dans les différentes pratiques sportives et martiales. En karaté, en fonction des circonstances il est nécessaire d’être en capacité d’utiliser l’une et l’autre, ensemble, séparément ou alternativement en fonction des circonstances. Un style comme le goju-ryu, porte dans son nom l’idée que la force « go » et la souplesse « ju » ne peuvent être dissociées dans la pratique et le combat.

Je ne vais pas développer dans cet article les qualités physique de force et de souplesse, ni les moyens de les acquérir, vous trouverez cela sur beaucoup de sites dédiés à la préparation physique. Ce qui m’intéresse ici c’est d’analyser ce qu’on entend par force et souplesse et d’esquisser leurs places respectives dans les pratiques de karaté. Lire la suite

Déjà 1 an !

Déjà un an que j’ai remis ce site en état sous cette formule « blog ». Merci pour vos visites sur www.karate-france.com, continuez à faire vivre ce blog avec vos commentaires. J’espère que mes réflexions vous aident à bâtir votre propre chemin pour avancer et apprécier votre discipline mais surtout la vie en général.

Dans un univers où tout semble voler en éclat, où la dispersion est le maître mot, il me semble important de revenir à l’essentiel, de se recentrer en se connectant à sa source, aux autres.

Merci encore pour votre soutien.

Areski

La qualité du toucher

Afficher l'image d'origine

Le karaté est une discipline qui comprends beaucoup de techniques de percutions. On peut frapper avec les poings, les mains, les coudes, les genoux, les pieds, et encore d’autres parties du corps. En fait, n’importe quelle partie du corps peut devenir une arme avec laquelle le pratiquant de karaté peut frapper.

Toucher un adversaire avec une technique de karaté est loin d’être facile. Il y a une barrière psychologique à franchir, du moins pour ceux qui ont l’inhibition de faire mal à autrui. Cette inhibition est parfois absente chez certains individus qui n’hésitent pas de passer à l’acte dès qu’on leur marche sur les pieds.

Nous allons voir dans cet article comment permettre de lever cette inhibition afin d’être en mesure de toucher véritablement en cas de besoin. Lire la suite